La rose de noël, la fatuité et le mégalo

Publié le par gepel


Cette semaine dans mon jardin:

Pour protester contre l'usurpation d'identité  des hellébores qui se prétendent  les "roses de noël",  ces roses ont fait de la résistance jusqu'à cette date. Non mais!

et ailleurs:
"je veux, si je suis élu président de la république, que d'ici à 2 ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et y mourir de froid" …. "Si l'on est plus choqué quand quelqu'un n'a plus de toit lorsqu'il fait froid..."
    Par quelles affres a du passer l'auteur de ces propos, Sarkozy le moraliste, lorsque, encore ministre, il a du fermer Sangatte  en hiver 2002 et rejeter dans les rues et les bois des dizaines de malheureux, quand ses forces de police se doivent de dégager
les rues de Paris des tentes des sans-abris ou évacuer les squats de leurs  occupants. Quel sens de l'abnégation lui a-t-il fallu pour appartenir à un gouvernement incapable de réaliser ce que lui saura faire en 2 ans. Et pour faire taire les sceptiques, il suffit de rappeler que Neuilly a la réputation d'avoir un taux de SDF particulièrement faible malgré l'absence de logements sociaux. Si ce n'est pas là une preuve!
    Après son affiliation à la candidature Sarkozy, Raffarin, caricature du notable balzacien digne de Daumier, déclare que  "plus de 100 parlementaires vont soutenir mon action et ma démarche". Aussi godillots soient-ils, on peut s'étonner que ces parlementaires qui ne sont pas tous stupides aient choisi de soutenir Raffarin pour soutenir Sarkozy. Probablement, Mr Raffarin se souvient-il que se placer en leader d'un ralliement ou d'une trahison a toujours été récompensé (une présidence de l’UMP ou du sénat ?) et démontre une fois de plus les liens étroits qu'entretiennent fatuité et médiocrité
    Il n'est plus dans les usages de sacrifier les domestiques à la mort des tyrans. Martin Bouygue survivra donc à Saparmourat Niakov, président-dictateur-généralissime ubuesque du Turkménistan (quelques infos en cliquant ici, ou ). Il y a plus de dignité chez un sans-abri démuni à refuser la promiscuité d'un hébergement inadapté que chez un patron à se comporter en valet d'un tyran mégalo pour rouler en carrosse au détriment de la population.

Publié dans Prof

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article