Chrisanthèmes, métaphysique et répétition

Publié le par gepel



Cette semaine dans mon jardin:

    Comment échapper aux chrysanthèmes en cette période, même s'ils n'ont rien de mortuaires.

 

et ailleurs:

    Qui suis-je, d'où viens-je, où vais-je? Question angoissante à laquelle l'humanité n'a su apporter que la réponse simpliste des religions. Aujourd'hui, estimant probablement avoir réglé toutes les grandes questions politiques, économiques et sociales de notre temps, le grand penseur universel qu'est Nicolas Sarkozy s'attaque par l'entremise d'Eric Besson à la métaphysique et se propose de nous révéler ce qu'est notre identité nationale. Voilà bien une question essentielle qui ne m'avait jamais effleuré l'esprit mais qui m'angoisse maintenant qu'elle est posée: hormis le fait que compte tenu des valeurs sarkoziennes je risque de gros problèmes identitaires, je crains surtout de n'avoir pas une tête à béret


    Nicolas Sarkozy aurait reconnu que la candidature de son fils à la présidence de l'Epad avait été une erreur. Qu'il ne l'ait pas considérée comme une faute ne présage rien de bon.


    Alors, les paysans, z'avez pas honte? Déranger notre résident tellement occupé à sauver le monde dont pourtant l'ingratitude lui a fait choisir un autre lauréat au prix Nobel de la paix; Contester les affirmations du Président en démontrant qu'en agriculture  travailler plus, produire plus, c'est gagner moins; Obliger le Président à répéter le même discours qu'il affirme ne pas répéter tellement vous z'avez rien compris la première fois et lui en faire porter le ridicule; Vous pourrez difficilement dissimuler qu'il y a bien eu là une manipulation politico-médiatique.


    Albert Dupontel quitte l'antenne après avoir reproché à Laurent Bignolas de ne pas mériter son salaire pour n'avoir pas vu son film. Si le salaire doit rémunérer le travail du journaliste, on ne peut que lui donner raison au moins partiellement. Plutôt que de jouer les agents publicitaires en assurant la promotion des produits cinématographiques (pour lesquels il n'a pas plus de compétence que vous et moi) et de satisfaire le narcissisme de quelques uns, ne devrait-il pas produire des informations permettant de mieux comprendre le monde? Mais ce n'est manifestement pas l'orientation actuelle du journalisme qui se repaît d'anecdotes insignifiantes, de faits divers, de l'exhibitionnisme des pipoles... l'agence Gamma en est une victime significative.


     Selon Mme Lagarde, la qualité essentielle d'Obama est de savoir s'inspirer de la politique française pour mener la sienne, citant en particulier le sauvetage de l'industrie automobile américaine en reprenant l'idée forcément géniale de Nicolas Sarkozy de la prime à la casse (subvention maintes fois utilisée depuis des décennies, mais rien ne semble avoir précédé Nicolas Sarkozy). Décidément, après avoir remporté les élections en s'inspirant de la campagne de Ségolène Royale et Nicolas Sarkozy, cet Obama ne serait rien sans la France. Mais que devient l'identité française si elle est ainsi galvaudée jusqu'en Amérique?

Publié dans Simplet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article