Hellébores, pinocchio et réanimation

Publié le par gepel

1203 035

Dans mon jardin

    A peine sorti de ma léthargie hivernale, je suis comme chaque année fasciné par la force de la nature pourtant durement éprouvée.

Et ailleurs

    Je pensais avoir assisté à une comédie fort divertissante, originale et plutôt bien interprétée. Ignorant, béotien, balourd que je suis, incapable d'avoir discerné le chef d’œuvre mondial salué par la suite par tous les jurys, plus séduit que j' étais par le chien Uggie que par son acteur vedette Jean Dujardin englouti sous une avalanche de prix d' interprétation. The artist (the exhibitionist me paraitrait plus approprié) est devenu un sujet d'orgueil national, et le comble pour un film muet, jamais en France un film n'aura fait autant de vacarme. Mais pourquoi faut-il des vainqueurs là où il n'y a pas combat?


    Salut bande de médiocres auxquels je m'associe. C'est dit, proclamé, répété par les ténors de l'UMP et son président, taxer à 75% les revenus au delà d'un million d'euros par an provoquera la fuite de tous les talents dont la France a tant besoin. Car aujourd'hui, c'est bien connu, en dessous d'un million, t'as plus rien, même pas de talent. Les promoteurs de cette thèse ayant un nouveau de rémunération très inférieur, ne peut-on y voir une forme de confession?


    Il est des annonces si peu crédibles que l'on veut pouvoir les vérifier de visu. Et c'est confirmé, j'ai bien constaté sa présence à la télé au coté de François Bayrou. Si le positionnement du centre de Bayrou paraît souvent ambigu, il est clair maintenant, en sortant Douste-Blazy de son coma politique, qu'il s'agit d'un centre de réanimation..


    Pas un candidat n'aura à ce point par son programme contesté le bilan du président sortant. Pas un jour sans que ce candidat ne fasse une nouvelle proposition qui vienne contredire les actions du quinquennat. Sa faconde est telle que Marine LePen se trouve quasiment dépossédée de son programme et que Jean-Luc Mélanchon est débordé sur sa gauche. Avec cette outrecuidance qui lui est propre, Il couvre tout l'éventail politique à lui tout seul sans le moindre souci de cohérence. Espérons que le candidat superman Sarkozy a enfilé des collants renforcés car, au delà de ses innombrables gesticulations, un tel grand écart pourrait s'avérer particulièrement douloureux.

Que celui qui a dit «surtout quand on a des petites jambes» se dénonce!


    «Cela n' a pas été une négociation extrêmement facile, vraiment pas... Ça a été très difficile que ça se passe bien... vous savez c'est compliqué». C'est ainsi que Nicolas Sarkozy, ne pouvant refréner le sourire d'autosatisfaction de celui qui s'en attribue le mérite, décrivait les circonstances de la libération le 28 février de la journaliste Edith Bouvier blessée en Syrie. Sauf qu'au moment ou Nicolas Sarkozy s'adonnait comme à l'accoutumée à ses fanfaronnades, Edith Bouvier croupissait toujours au fond d'une cave sous les bombardements de Homs. Je ne me souviens plus qui Mme Carla Bruni-Sarkozy qualifiait récemment de Pinocchio.


    Que de larmes hypocrites déversées par une partie de la classe politique par compassion feinte envers les animaux abattus suivant la méthode halal. On peut s'étonner en effet du peu d'émotion exprimée à propos de l'abominable maltraitance quotidienne infligée par l'élevage en batterie soutenu par les mêmes, réduisant l'animal à un objet de production industrielle dans laquelle l' humanité révèle un niveau de barbarie ahurissant. Comment François Fillion pourrait-il être audible quand il oppose cette modernité à l'anachronisme religieux?

Publié dans Joyeux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article