Pintade, auguste et féminisation

Publié le par gepel

1103_098.JPG

 

Cette semaine dans mon jardin

Quelques jours d’absence suffisent pour qu’un squatter s’installe dans une propriété. De retour mi-octobre d’une excursion de quelques jours sur l’ île de  Groix (superbe), allant comme à l’accoutumée fertiliser mon tas de compost au fond du jardin, j’ai été surpris par un brusque mouvement de  fuite derrière les taillis. Une rapide investigation des lieux m’a permis d’identifier l’intrus: une pintade terrorisée.

Ne voulant être suspect de recel de pintade, j’ai entrepris des recherches dans le voisinage pour restituer l’animal à son propriétaire légitime et il s’avéra après une enquête minutieuse qu’une ferme pas très éloignée avait constatée la disparition récente de son unique pintade.

Armée d’un filet, la fermière (ou plus exactement l’épouse de l’agriculteur) et moi même engageons une traque échevelée à l’animal et après de vaines poursuites sportives, alors que le gallinacé acculé dans un angle du jardin semblait enfin à notre portée, le volatile  s’est... volatilisé. Il réapparaîtra une heure après l’abandon des recherches, abandon tacitement admis comme définitif. Mon épouse qui rêvait d’un paon aura finalement une pintade, un tantinet moins élégante mais nettement moins prétentieuse, le paon des humbles en quelque sorte.

Probablement victime du syndrome de Noël qui traumatise l’ensemble de son espèce à proximité des fêtes de fin d’année, toute approche provoqua cris et affolements et elle garda bonne distance jusqu’à ce qu’elle comprenne après plusieurs semaines que la trucider pour l’agrémenter aux petits pois ne constituait pas mon projet prioritaire. Elle a alors admis une forme de cohabitation pacifiée, révélant rapidement une personnalité très particulière. J’en parlerai la prochaine fois.

201011.jpg


Et ailleurs

Mais quel est donc l’événement exceptionnel qui le 7 mars provoquait reportages spéciaux, conseils rassurants aux téléspectateurs et même l'intervention simultanée de 2 ministres de la république en appui à divers notables du monde télévisuel? Paris passait durant la nuit suivante à la TNT-tout numérique. Un grand remerciement à tous ces officiels d’avoir estimé que nous autres provinciaux étions suffisamment évolués pour ne pas justifier un tel tintamarre


      Au milieu du JT de 20h, Pujadas s’interrompt pour annoncer à peu près ceci: “Nous apprenons à l’instant qu’un enfant serait mort d’un accident de ski. Notre correspondant local devrait apporter des précisions en direct avant la fin du journal”. Ce qui fut confirmé quelques minutes plus tard. Reconnaissons que cette équipe améliore le spectacle de jour en jour. Présentation anticipée des titres en bras de chemise hors studio, annonce de sous-rubriques en milieu de journal et maintenant, le fait divers surprise. Approchez, approchez braves gens, rien que du dynamique, du moderne, du déroutant. Un regret cependant. Pourquoi avoir séparé de son auguste le clown blanc qui en assure l’animation?


    Tandis que Marine Le Pen succède à son tendre papa, Chantal Brunel, députée UMP, propose de remettre dans les bateaux les immigrés qui tentent de fuir leur région déshéritée. La féminisation de la vie politique devait en adoucir les meurs, mais il n’y a plus guère que les poètes pour affirmer que la femme est l’avenir de l’homme. La bêtise n’a hélas pas de sexe.

Publié dans Joyeux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article